Métro, boulot, bobos !

Métro, boulot, bobos !
mai 31, 2016 Yvon Robert

Le terme «travail» provient du latin «tripalium», jadis utilisé pour désigner un instrument de torture. De nos jours, travail et torture vont toujours de pair, si l’on se fit au nombre croissant de consultations médicales pour des maux que les patients attribuent à leur emploi principal. La présente section offre des conseils pour lutter contre les aléas de l’ère moderne, notamment en modifiant sa posture et l’aménagement de son espace de travail.

Métro, boulot, bobos !

L’avènement des outils technologiques promettait, a priori, de nous délivrer des vicissitudes de la vie de bureaucrate. On s’était imaginé que la « machine » se chargerait de prendre les appels, de compiler les données, d’effectuer les calculs et autres laborieuses et contraignantes tâches, nous laissant libres de vagabonder à notre guise. Or, aujourd’hui, force est de constater que ce sont les outils qui sont devenus plus mobiles, alors que nous passons le plus clair de notre de temps les yeux rivés à un écran. Grâce au télétravail, les données voyagent, mais nous-mêmes sommes sédentaires comme jamais auparavant. On peut même brasser des affaires dans le confort de son foyer, troquant complet veston et bas de nylon pour un bon vieux pantalon de flanelle. Dans ce contexte où il n’y pratiquement plus que les yeux, les doigts et la matière grise qui sont mis à l’œuvre, la douleur est souvent le signal d’alarme qui nous rappelle l’existence de notre corps négligé.

Les résultats de L’Enquête québécoise sur des conditions de travail, d’emploi, et de santé et de sécurité du travail (EQCOTESST 2007-2008) indiquent en effet que « dans les 12 mois précédant l’enquête, 25 % des travailleuses et 16 % des travailleurs rapportent avoir été atteints de douleurs musculo-squelettiques d’origine non traumatique qu’ils attribuent totalement ou partiellement à leur emploi principal ». Par ailleurs, on note également une croissance du nombre de consultations médicales et de réclamations d’assurances pour les troubles musculo-squelettiques liés au travail (TMSLT), notamment ceux qui concernent le dos et les membres supérieurs, les plus touchés par le travail à l’ordinateur. Comme la plupart des gens ne sont pas conscients du stress qu’ils font subir quotidiennement à leurs muscles et articulations, voici quelques renseignements sur les TMSLT les plus courants à l’ère informatique, ainsi que sur les différentes façons de les enrayer.

Les pratiques exemplaires pour s’assurer d’avoir mal quelque part

Les douleurs et les tensions musculaires sont causées par le stress que subissent les muscles, les tendons, les ligaments et les nerfs lors de gestes quotidiens. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce stress :

Les gestes répétés

Lorsque nous utilisons continuellement les mêmes parties du corps (pensons par exemple aux personnes qui tapent sur un clavier à longueur de journée), sans prendre de pause ou presque, le risque d’être aux prises avec un trouble musculo-squelettique augmente proportionnellement, même si la force appliquée n’est pas exagérée et que notre posture est bonne.

L’usage excessif de la force sur certaines articulations

L’effort déployé par les muscles et la pression exercée sur les différentes parties du corps pour effectuer des mouvements exigent bien sûr une certaine force. L’effort musculaire augmente avec la force requise. Or, lorsque le travail exige des gestes répétitifs, la période de récupération (qui devrait être de longueur proportionnelle à la force déployée) n’est généralement pas assez longue. On se fatigue donc plus vite si les mouvements exigent beaucoup de force.

Une mauvaise posture

Une mauvaise posture peut être la cause de TMSLT de deux manières : premièrement, lorsque les tâches requièrent des mouvements répétitifs qui poussent l’articulation du poignet, du coude ou de l’épaule à sa limite extrême d’amplitude, le tout souvent exacerbé par des postes de travail peu ergonomiques ou des d’outils de travail inadéquats. Deuxièmement, lorsque le travail immobilise la région épaule-cou, ce qui a pour effet de contracter les muscles pour maintenir la position le temps nécessaire à l’exécution de la tâche. La contraction des muscles comprime les vaisseaux sanguins. Le sang circule donc moins librement en direction des muscles de la main. Résultat : les muscles du cou et des épaules se fatiguent, ce qui entraîne des douleurs dans cette région. Qui plus est, la réduction de l’apport sanguin vers la main accélère l’épuisement des muscles au travail et les rend plus vulnérables aux blessures.

Le stress professionnel

Le stress jumelé à une perception négative du contexte de travail, contribue également à l’apparition des troubles musculo-squelettiques en affectant le tonus musculaire : plus on est stressé, plus on est contracté.

Il est rare qu’un de ces facteurs provoque à lui seul un TMSLT. C’est plutôt leur combinaison et leur interaction qui engendrent les lésions.

Les lauréats des TMSLT

Parmi les troubles musculo-squelettiques liés au travail qui font le plus souvent l’objet d’une consultation médicale, on retrouve :

La lombalgie

La lombalgie (douleur dans le bas du dos) est le type de mal de dos le plus courant chez les travailleurs. La plupart du temps, une lombalgie se manifeste lorsque les muscles, les ligaments et les articulations de la région lombaire ne bougent pas de manière adéquate selon leur fonction, ou parce qu’ils sont trop sollicités par divers mouvements exigeants. En outre, une mauvaise posture, qui ne respecte pas la courbure naturelle de la colonne vertébrale, peut affaiblir les muscles et, avec le temps, entraîner de la douleur.

Le syndrome du canal carpien

Le syndrome du canal carpien est provoqué par la compression, au niveau de son passage du poignet à la main, d’un nerf qui longe un canal étroit, juste au-dessus du poignet. En cas de syndrome du canal carpien, le canal commence à se rétrécir, ce qui comprime le nerf et entraîne une inflammation.

Pour réduire le risque de souffrir de ce trouble, il faut éviter d’avoir le poignet sur la table sans support de son avant-bras, position qui accentue la tension dans la région du canal carpien.

Le syndrome du trapèze

Le syndrome du trapèze consiste en une lésion des muscles cervicaux qui provoque de la douleur, une sensibilité à la pression, une raideur, voire un blocage de la nuque. Des maux de tête accompagnent souvent avec ces symptômes. Ce syndrome peut être causé par des mouvements répétitifs de la main ou par le maintien prolongé d’une position. La surcharge de travail et les contraintes temporelles sont d’autres facteurs qui contribuent à l’apparition d’une tension musculaire élevée au niveau de la nuque.

Plan de restructuration pour retrouver une productivité et une mobilité optimales

Bien installer votre ordinateur

Idéalement, il devrait y avoir une distance de 50 à 70 cm entre votre écran et vous. Pour vous assurer d’être à une distance adéquate, étirez le bras : vous devriez être en mesure d’effleurer l’écran du bout des doigts. Par ailleurs, le haut de l’écran devrait arriver au niveau de vos yeux, à moins que vous possédiez un écran de grande taille.

Assurez-vous d’être assis confortablement

Choisissez un siège confortable et installez-vous au fond du fauteuil, les genoux de préférence au même niveau que les hanches. Vous pouvez utiliser un coussin orthopédique comme appui pour le bas de votre dos. Vos pieds devraient toucher par terre afin que le poids total de vos jambes ne repose pas sur vos cuisses. Utilisez un repose-pied, si vous êtes de petite taille.

Pensez à protéger vos poignets

Placez votre clavier à une distance de 10 à 15 cm du rebord de la table et essayez de garder les coudes en angle droit, en évitant de plier les poignets et de les placer sur le rebord du bureau. Notez aussi que plus le clavier est large, plus il vous force à faire des déplacements répétitifs et inutiles.

Choisissez une souris adaptée à la taille de votre main et évitez de resserrer les doigts trop fortement en l’utilisant. Enfin, placez les documents que vous utilisez le plus fréquemment à proximité de l’ordinateur.

Faites des pauses régulières et profitez-en pour vous lancer dans de petites séances d’exercices

Pendant les pauses, faites des mouvements de rotation des poignets. Étirez votre dos comme si vous tentiez d’atteindre le plafond. Effectuez ensuite quelques mouvements de rotation avec la tête. Bougez aussi les épaules. Souvenez-vous surtout de ne pas rester en position assise pendant de longues périodes sans changer de posture.

Aménagez un environnement pour votre portable

De plus en plus de personnes utilisent un ordinateur portable, qui oblige à baisser à tête pour lire l’écran, ce qui est éprouvant pour les muscles du cou et de la nuque. Afin d’éviter les douleurs, il est conseillé d’utiliser un support pour placer l’écran à une hauteur convenable. Si vous utilisez un ordinateur portable quotidiennement au bureau, il est préférable de brancher un clavier et une souris pour travailler dans de meilleures conditions.

Pour pousser plus loin
http://www.cchst.ca/oshanswers/diseases/rmirsi.html
http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2003/sem01/mag0509/dossier/sa_6514_ordinateur_regles.htm
http://www.cvm.qc.ca/mlaflam/info/Sante/IndexS.html#Principes
http://www.livingwell.ca/french/article/664/les-trois-plus-importants-facteurs-de-risque-de-douleurs-liees-au-travail
http://www.livingwell.ca/french/article/694/faire-face-la-douleur-au-travail
http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2002/sem01/mag0308/dossier/sa_5162_canal_carpien_poignet.htm
http://www.linternaute.com/sante/maux-quotidien/conseils/ordinateur-sante/3.shtml
http://www.medecinedutravail.net/dossiers-thematiques/travail-sur-ecran/troubles-musculo-squelettiques-lies-au-travail-sur-ecran.html

Produits sugérés

  • Image_WEB_92822

    Ceinture de maintien Posture Plus

    ,
    Conçue pour améliorer la tension intra-abdominale et réduire la pression sur la colonne vertébrale. La ceinture de maintien Posture Plus™ relocalise plus adéquatement le centre de gravité et prévient les mouvements de cisaillement au niveau de la charnière lombo-sacrée. Ce support pour le dos solidifie le sacrum et la colonne lombaire et rend plus compact le contenu abdominal transformant le tout en un bloc plus résistant. Recommandée pour soutenir la région lombaire lors de soulever des objets ainsi que pour aider à soulager les lombalgies occasionnées par une mauvaise posture lors d’un travail assis de longue durée. Caractéristiques
    • Ceinture sacro-lombaire légère et confortable
    • Munie d’un coussinet de compression amovible
    • Soutient la colonne au niveau du sacrum et des lombaires et rend plus compacts les muscles abdominaux pour renforcer le centre du corps
    • N’empêche pas la contraction musculaire
    • Soutien léger
    • Ajustement facile
    • Fermetures adhésives de type Velcro®
    Fabriquée de : 60% polyester, 27% élastique et 13% nylon. Indications
    • Douleurs lombaires +/- chroniques
    • Discopathie
    • Correction/compensation posturale
    Pas de pad au sacrum si spondylose ou spondylolisthésis connue
  • Image_WEB_9942

    Support préventif pour poignet

    ,
    Conçu pour aider à réduire les risques d’inflammation causée par des mouvements répétitifs du poignet. Le coussinet repose-poignet amovible réduit les tensions et soutient le poignet dans une position neutre pour un meilleur confort, même après de longues heures de travaux répétitifs. Le Support préventif pour poignet peut également être porté, sans le coussinet, comme support de poignet pour la pratique de sports ou autres activités. Le néoprène retient la chaleur du corps, stimule la circulation sanguine, réduit les spasmes musculaires et assouplit l’articulation. Caractéristiques
    • Peut être porté, sans le coussinet, comme support de poignet pour la pratique de sports ou autres activités
    • Néoprène avec nylon brossé et ratine à l’intérieur
    • Soutien modéré
    • Ajustement facile
    • Ambidextre
    • Couleur : noir
    Fabriqué : De néoprène recouvert de nylon brossé avec intérieur en ratine. Indications
    • Travail à l’ordinateur
    • Manipulation d’objets lourds
    • Sports de raquette ou de balle (sans le coussinet repose poignet)
  • Collier cervical ferme - Formedica

    Collier cervical ferme

    ,
    Procure un soutien ferme suite à tout accident ayant causé des contusions musculaires, subluxations cervicales ou tout genre d’inflammation sévère. Fabriqué en caoutchouc mousse de haute densité stable (n’absorbe pas l’eau, ne retient pas l’humidité). Caractéristiques
    • Légers et confortables
    • Recouverts de stockinette en coton
    • Attache de type Velcro®
    • Hypoallergènes
    • Lavables
    • Taille unique : circonférence du cou entre 38 et 56 cm (15” - 22”)
    Fabriqué: de caoutchouc-mousse de haute densité. Utilisations Procure un support ferme suite à tout accident ayant causé des contusions musculaires, subluxations cervicales ou tout genre d’inflammations sévères.